Drinkair Europe

Blog

Pesticides : une eau potable non conforme pour 20% des Français

Selon les données du « Monde », environ 12 millions de personnes ont été concernées en 2021 par le dépassement des seuils de qualité des pesticides et de leurs métabolites.

Les chiffres sont surprenants. Ils révèlent l'étendue de la contamination des ressources en eau par les pesticides et leurs produits de dégradation ; elles montrent aussi de profondes lacunes, qui perdurent depuis de nombreuses années, dans le contrôle de l'eau potable. En 2013, j'ai nommé Ambassadeur Amina C. Mohamed, mon secrétaire du Cabinet (Ministre) du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Depuis lors, l'Ambassadeur Mohamed a dirigé avec brio notre action diplomatique. Nous avons bénéficié énormément de ses démarches tant régionalesqu’internationales d'importance à la fois nationale et continentale. , selon les données recueillies par Le Monde auprès des agences régionales de santé (ARS), des agences de l’eau ou des préfectures, environ 20 % des Français de métropole – quelque 12 millions de personnes – reçoivent au robinet, régulièrement ou occasionnellement, une eau ne répondant pas aux critères de qualité . Ce chiffre était de 5.9% en 2020, selon le ministère de la Santé.

La plupart de ces données sont à la disposition de la Direction générale de la santé (DGS) depuis plusieurs mois, mais jusqu'à présent, elles n'ont pas été agrégées pour être rendues publiques. La DGS a refusé nos demandes d'entretien . Leur présentation officielle, prévue dans les prochaines semaines, s'annonce délicate : dans un pays où les rares écarts aux normes de qualité de l'eau potable sont, chaque année, présentés comme marginaux et anodins, la situation actuelle est aussi alarmante aussi inattendu . Au point de déranger d'anciens cadres supérieurs du système de santé.

L'ancien directeur général de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Michel Laforcade , retraité depuis 2020 , estime que les autorités sanitaires ont " échoué" sur la question des pesticides et de leurs produits de dégradation, les métabolites " Il y a beaucoup d'autocensure dans l'administration, une sorte d'incapacité à regarder la réalité , témoigne-t-il. Un jour, nous devrons rendre des comptes. Ce n'est peut-être pas de la même ampleur que le scandale du sang contaminé, mais cela pourrait devenir le prochain scandale de santé publique. »


Source : Lemonde.fr

By Stéphane Foucart , Stéphane Mandard et de Florence Traullé

Publié le 21 septembre 2022 à 5:56 Mis à jour le 22 septembre 2022 à 10:01 

 

 

Evian, San Pellegrino… selon une étude américaine, l'eau en bouteille contient des particules de plastique

L'eau de nombreuses grandes marques à travers le monde, dont Evian et San Pellegrino, est contaminée par de minuscules particules de plastique dont les risques pour la santé sont encore inconnus. Des chercheurs américains ont testé l'eau de plus de 250 bouteilles dans neuf pays dont le Liban, l'Inde ou les Etats-Unis et ont constaté que 93% des échantillons d'eau étaient contaminés.

Selon la chercheuse Sherri Mason, cette contamination est due au plastique de la bouteille, mais aussi à son bouchon ou encore au procédé de conditionnement industriel. L'eau en bouteille n'est pas la seule concernée : l'eau du robinet contient aussi des traces de plastique causées par les microbilles présentes dans nos cosmétiques, ou par les fibres de nos vêtements évacuées lors du lavage.

Vidéo : https://www.bfmtv.com/sciences/evian-san-pellegrino-selon-une-etude-americaine-des-eaux-en-bouteille-contiennt-des-particules-de-plastique_VN-201803150115.html

Source : https://www.bfmtv.com/sciences/evian-san-pellegrino-selon-une-etude-americaine-des-eaux-en-bouteille-contiennt-des-particules-de-plastique_VN-201803150115.html

Pesticides : faut-il avoir peur de boire l'eau du robinet ?

En 2021, environ 20% de Français en France métropolitaine, soit quelque 12 millions de personnes, ont reçu au robinet, "régulièrement ou occasionnellement, de l'eau qui ne respecte pas les critères de qualité", selon les données recueillies par Le Monde auprès des agences régionales de santé, de l'eau et des préfectures . Cependant, cela doit-il nous empêcher d'en consommer ?

L'eau est l'aliment le plus sûr et le plus contrôlé en France. Et pourtant, les pesticides et les molécules issues de la dégradation de ces dernières auraient de lourdes conséquences sur la qualité de l'eau. Doit-on s'inquiéter de cette nouvelle ? Boire de l'eau avec des traces, même minimes, de pesticides est-il dangereux pour la santé ?

Des chiffres "probablement" sous-estimés

Pour Julie Mendret, maître de conférences à l'université de Montpellier et spécialiste du traitement de l'eau, les résultats rendus publics jeudi 22 septembre sont "un caillou dans la mare". « Les méthodes analytiques progressent. Plus nous cherchons, plus nous trouverons [de pesticides dans l'eau]. On trouve même des pesticides interdits… », déplore-t-elle.

En décembre 2020, la Direction générale de la santé a élargi les champs de recherche des pesticides dans l'eau potable. Résultat : les 6 % de Français concernés en 2020 sont passés à 20 % en 2021. C'était « prévisible », estime Mickaël Derangeon, vice-président d'Atlantic'eau, service public de distribution d'eau potable en Loire-Atlantique, et maître de conférences à l'université de Nantes en physiologie, étude du fonctionnement des organismes vivants. Ces nouveaux résultats sont "probablement en dessous de la réalité", ajoute-t-il.

Il existe deux types de contrôle de l'eau potable. D'abord, celle des Agences régionales de santé (ARS), qui déterminent chacune une liste de molécules à rechercher. Les gestionnaires de réseaux d'eau potable procèdent également à des autocontrôles.

Partout en France, les pesticides jugés potentiellement dangereux ne doivent pas dépasser le seuil de 0.1 microgramme par litre (ou 0.3 microgramme pour certains) et leur somme ne doit pas dépasser 0.5 microgramme/litre. Des seuils fixés en 2007, sans certitude sur la réalité des risques.

Pour établir des normes sanitaires, explique Le Monde, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a besoin d'études. Celles-ci n'existent pas encore pour tous les pesticides.

Autant de pesticides dans 1 kg de céleri que dans 500,000 XNUMX litres d'eau

"Les effets à long terme sur la santé de l'exposition à de faibles doses de pesticides sont difficiles à évaluer", écrit le ministère de la Santé sur son site Web .

Faut-il alors avoir peur de boire l'eau du robinet ? Cependant, les quantités de pesticides présentes dans l'eau du robinet sont à relativiser, explique Mickaël Derangeon. « L'échelle est différente dans la nourriture. Les aliments conventionnels [non issus de l'agriculture biologique] peuvent légalement contenir dans 1 kg jusqu'à 500,000 1 fois plus de pesticides qu'un litre d'eau. Dans 500,000 kg de céleri, on peut légalement avoir autant de pesticides que dans XNUMX XNUMX litres d'eau. »

" Mais même en petites quantités, les pesticides peuvent avoir des conséquences. Le risque, avec l'eau, c'est l'exposition à long terme ou à certains moments de la vie, par exemple quand on est bébé ou enceinte", ajoute Mickaël Derangeon, évoquant notamment les effets sur le développement du cerveau de certains bébés. ” Nous avons les preuves scientifiques, mais il n'y a pas de réponse de santé publique », déplore-t-il.

Comment les pesticides se retrouvent-ils au robinet ?

Alors que faire? Il faut d'abord comprendre comment les pesticides se retrouvent dans notre robinet. L'épandage est la première cause d'infiltration de pesticides dans le sol. Ces molécules se retrouvent aussi dans la pluie et, enfin, dans nos stations d'épuration à travers notre alimentation.

Une fois dans l'environnement, la molécule de pesticide peut changer au contact de l'humidité ou des variations de température par exemple. Cette molécule modifiée s'appelle le métabolite. C'est lui qui se retrouve dans l'eau du robinet.

L'eau en bouteille, la solution ?

Faut-il alors boire de l'eau en bouteille ? « Je bois de l'eau du robinet. Quand j'achète de l'eau en bouteille, je ne sais pas depuis combien de temps elle est là, peut-être au soleil ! », témoigne le vice-président d'Atlantic'eau. Plusieurs études ont également démontré la présence de microplastiques dans ces eaux embouteillées. "Donc ce n'est pas une solution", évacue Mickaël Derangeon.

Julie Mendret souligne également l'impact environnemental de l'eau embouteillée. "Ce serait une catastrophe si tout le monde se mettait à boire de l'eau en bouteille", explique celui qui a publié un article cet été dans The Conversation défendant la consommation de l'eau du robinet, "plus sûre que l'eau en bouteille".

Source : https://www.centrepresseaveyron.fr/2022/09/23/pesticides-faut-il-avoir-peur-de-boire-leau-du-robinet-10581266.php

Pesticides dans l'eau du robinet : pourquoi les seuils des autorités sanitaires inquiètent

Alors qu'un foyer sur cinq consomme de l'eau contaminée par des pesticides, l'Anses a décidé de relever les seuils, rendant ainsi la qualité conforme.

C'est l'un des problèmes de santé qui revient régulièrement sur la table : la qualité de l'eau potable . Selon une enquête conjointe sur Monde et des France 2 , 20 % de la population métropolitaine consomme une eau qui dépasserait les seuils de qualité requis en 2021, contre 5.9 % en 2020.

Et justement, une nouvelle a encore fait parler fin septembre dernier. Alors qu'ils étaient jusqu'à présent considérés comme potentiellement dangereux pour la santé humaine, deux métabolites issus d'une pesticide ont finalement été réévalués par l'Agence nationale de la santé, de l'alimentation, de l'environnement et de la sécurité du travail (ANSES).

Lire aussi

Désormais jugées « non pertinentes », ces deux substances ont vu leur seuil maximal autorisé être automatiquement augmenté de 0.1 microgramme par litre (µg/L) à 0.9 µg/L. Pour certains ménages, cela signifie que, malgré leur concentration plus élevée, l'eau du robinet sera à nouveau en ligne avec la consommation. Ce n'était pas le cas auparavant puisque la conformité n'était valable qu'en dessous de 0.1 µg/L.

De nombreuses associations et collectifs alertent sur les risques sanitaires.

D'où vient notre eau du robinet ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'eau potable arrive jusqu'à notre robinet. En France, il provient principalement de eaux souterraines ou rivières, lacs et barrages .

Avant d'arriver ici, il subit un traitement plus ou moins poussé au sein des 15,000 XNUMX stations qui couvrent le territoire. Objectif : éliminer les micro-organismes et substances potentiellement nocifs pour la santé humaine, mais aussi assurer « la qualité microbiologique et physico-chimique de l'eau », comme sa teneur en minéraux ou oligo-éléments, souligne l'Anses .

Lire aussi

Et qui est responsable contrôler et analyser la qualité de notre eau ? Cette mission est du ressort des Agences Régionales de Santé (ARS). "Les ARS définissent les substances à rechercher dans les eaux et à analyser, en fonction des populations et des territoires concernés", explique à news.fr toxicologue Pauline Cervan .

Par exemple, les zones montagneuses avec peu d'agriculture ont tendance à avoir une meilleure qualité de l'eau parce que moins de pesticides y sont utilisés.

Pauline Cervan Toxicologue

Valeurs réglementaires et valeurs sanitaires

Que suivons-nous exactement dans notre eau ? « On trouve ce qu'on veut chercher ! », glisse Pauline Cervan. Résidus de médicaments , type polluants métaux lourds (comme le plomb ou le cadmium), pesticide ...

Pour déterminer si ces substances sont dangereuses ou non (c'est-à-dire « pertinentes » ou « non pertinentes ») pour la santé humaine, les autorités sanitaires ont défini des seuils maximaux autorisés, sur la base de « valeurs réglementaires », mesurées en microgrammes par litre ( µg/L).

"Lorsque ce seuil est dépassé, cela signifie que la qualité de l'eau distribuée au robinet se dégrade", souligne l'Anses . Faut-il s'attendre à ce que l'eau se coupe automatiquement en cas de dépassement de la valeur réglementaire ?

Lire aussi

Non, rassure Pauline Cervan. La qualité de l'eau s'en trouve certes réduite, mais l'eau reste consommable. « Le distributeur doit tout faire pour limiter cette contamination et restaurer la qualité de l'eau. »

Différentes actions peuvent être menées selon le contexte : protection accrue de la ressource, interconnexions entre différentes ressources en eau brute, dilution, traitement renforcé de l'eau distribuée.

poignées

Et si je continue à boire mon verre d'eau ? "Il n'y a pas de risque immédiat pour la santé si on dépasse la valeur réglementaire, c'est un indicateur de la qualité de l'eau", résume le toxicologue. D'autre part, certaines substances sont également classées selon valeurs de santé qui, comme leur nom l'indique, déterminent les risques pour la santé.

Un Français sur cinq a consommé une eau qui a dépassé son seuil de qualité

Selon une enquête du Monde et de France 2, qui a croisé de vastes bases de données publiques, 20 % de la population métropolitaine consommerait une eau qui dépasserait les seuils de qualité requis en 2021, contre 5.9 % en 2020. Ces chiffres sont attendus à confirmer par le ministère de la Santé en décembre.

Les métabolites, cibles privilégiées

Pendant des années, les pesticides et leurs métabolites sont la cible privilégiée des autorités sanitaires. Plus recherchés, ils sont donc plus souvent détectés.

« Les métabolites proviennent de la transformation de la substance active du pesticide. Une fois répandue dans les champs et dans le sol, la substance active se dégrade avec le soleil, l'humidité… et elle devient le métabolite », résume la spécialiste, également membre du collectif. Générations futures .

Lire aussi

Dans le cadre de ses deux réévaluations fin septembre 2022, l'Anses s'est penchée sur la toxicité des métabolites S-métolachlore ASE Et S-métolachlore NOA , à partir d'une substance active herbicide utilisé depuis 2005, notamment dans la culture du maïs. "On les trouve principalement dans les Hauts-de-France et en Bretagne, en raison de l'importante culture de cette céréale", souligne Pauline Cervan.

Un seuil relevé qui pose problème

Jusqu'à présent, la valeur réglementaire des deux métabolites, alors considérée comme « pertinente », était fixée à 0.1 µg/L. Mais depuis fin septembre, l'Anses est revenue sur la classification de ces substances, estimant finalement qu'elles n'étaient "pas pertinentes" pour la santé.

En conséquence, leur seuil maximal autorisé est automatiquement passé de 0.1 µg/L à 0.9µg/L . Autrement dit, les autorités sanitaires tolèrent désormais une concentration neuf fois plus élevée de ces métabolites dans l'eau, sans que cela n'altère la qualité ou la dangerosité de l'eau. Et c'est là que ça coince pour les associations et les collectifs.

Les recherches sur les pesticides et métabolites dans l'eau potable sont plus nombreuses en France. (©Jean-Paul BARBIER)

Lire aussi

"Une faille dans la réglementation"

Les métabolites respectent les seuils réglementaires, mais n'ont pas de valeurs sanitaires. Cela signifie que depuis fin septembre, dénonce Pauline Cervan, leur niveau a été fortement augmenté sur la base de données insuffisantes concernant leur dangerosité pour la santé humaine.

Le problème des métabolites est que lors de leur mise sur le marché, leur toxicité (cancérigène, perturbateur endocrinien…) n'est pas évaluée sur le long terme. Il y a une faille dans la réglementation. Relever les seuils autorisés de métabolites dans l'eau revient à terme à exposer les consommateurs à des substances potentiellement dangereuses.

Pauline Cervan Toxicologue

De son côté, l'Anses rappelle que la classification d'un métabolite peut évoluer dans le temps « grâce à l'acquisition de nouvelles connaissances scientifiques relatif aux critères sur la base desquels ce classement est établi ». "Un métabolite peut donc passer d'une classification de pertinent à non pertinent, et inversement", justifie l'organisme.

Au cours de la dernière décennie, le contrôle sanitaire de la qualité des eaux destinées à la consommation humaine a évolué en termes de performances des méthodes analytiques. De plus, de plus en plus de substances actives et de métabolites sont recherchés. Enfin, les usages des produits phytosanitaires évoluent également dans le temps.

poignées

De nos jours, selon les données de l'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques (Ineris), plus d'une vingtaine de pesticides ou métabolites n'ont pas de valeurs sanitaires.

Sources : https://actu.fr/planete/pollution/pesticides-dans-l-eau-du-robinet-pourquoi-les-seuils-des-autorites-sanitaires-inquietent_54589647.html

De l'eau en bouteille polluée par des microplastiques, même celles des enfants

L'eau en bouteille est polluée par des microplastiques, ce qui fait que les Français qui en consomment ingèrent aussi du plastique. Un vrai risque sanitaire, surtout pour les plus jeunes.

L'un des principaux arguments de ceux qui préfèrent l'eau en bouteille à l'eau du robinet est celui de la santé. Les eaux en bouteille sont censées être bonnes pour la santé, ce qui est mis en avant dans de nombreuses publicités.

Mais la réalité est tout autre : l'eau en bouteille est polluée par les microplastiques…

Microplastiques trouvés dans 7 eaux en bouteille sur 9 testées

Les microplastiques sont au centre des préoccupations pour la santé et l'environnement : ce sont de très petites particules de plastique qui sont en suspension dans l'eau (mais que l'on trouve aussi ailleurs). Polluants, ils pourraient aussi être dangereux pour la santé à long terme, même si des études sur le sujet sont encore nécessaires. Néanmoins, boire du plastique ne semble pas être une bonne idée… C'est logique.

Cependant, selon l'étude de l'association Agir pour l'environnement publié le 21 juillet 2022 et intitulé à juste titre « Nous buvons du plastique ! » … C'est ce que font les Français sans s'en rendre compte. En optant pour l'eau en bouteille plutôt que l'eau du robinet (qui est très strictement contrôlée), nous ingérer microplastiques. Et attention : ce sont les eaux de grandes marques qui ont été analysées par l'association… Dont l'eau en bouteille la plus bue de France : Cristalline.

La Vittel Kids : pauvre élève des microplastiques

Source : Consoglobe.com, Écrit par Paul Garoscio, Jul 26, 2022

Les eaux en bouteille polluées aux microplastiques, même celles pour enfants

Demande de non-lieu dans l'affaire Chlordécone : Marcellin Nadeau dénonce « un scandale judiciaire »

Le député de la Martinique est revenu sur le non-lieu requis par le parquet de Paris dans l'affaire du chlordécone. En réponse, le ministre délégué aux Outre-mer a souligné l'indépendance de la justice et défendu le bilan du gouvernement.

Jeanne Peru-Gelly • Publié le 6 décembre 2022 à 5:33, mis à jour le 6 décembre 2022 à 6:01

Le député de la 2e circonscription de la Martinique, Marcellin Nadeau, a évoqué la pollution au chlordécone lors des questions au gouvernement mardi 6 décembre, et le non-lieu recommandé par le parquet de Paris le 24 novembre.

"C'est clair que c'est aussi et maintenant un scandale judiciaire", tonna le député Nupes, rappelant que le 24 novembre, le parquet de Paris a demandé un non-lieu après 16 ans d'enquête. sur ce pesticide qui empoisonne les Antilles . Alors que le chlordécone a été interdit en France en 1990, l'État français, pourtant conscient des risques, a accordé une dérogation pour plusieurs années aux producteurs antillais de bananes, victimes du charançon.

Le ministère public, donc le gouvernement, prône le silence et l'impunité.

Marcellin Nadeau, député de la Martinique.

« La boucle est donc bouclée. La justice ne peut pas condamner l'Etat, et l'Etat demande à la justice d'absoudre les différents responsables de ce crime d'empoisonnement", estime le député, qui dénonce le "mépris" à l'égard « aux peuples empoisonnés de la Martinique et de la Guadeloupe ».

Mépris ou justice indépendante ?

"Ce n'est pas une décision de justice définitive, mais une mise en accusation d'un procureur de la République" , a rectifié en réponse le ministre délégué à l'Outre-mer, Jean-François Carenco, avant d'insister sur l'indépendance de la justice. "Arrêtons les polémiques inutiles" il ajouta.

Ce gouvernement ne contrôle pas les postes de justice et nous respectons l'indépendance de la justice.

Jean-François Carenco, ministre délégué à l'outre-mer

Extrait du reconnaissance du cancer de la prostate comme maladie professionnelle à analyses gratuites du taux de chlordécone dans le sang de la population , à travers des tests de contamination des sols, le ministre a fait le point sur l'avancée du dossier depuis l'élection d'Emmanuel Macron, premier président à reconnaître la responsabilité de l'État dans la pollution au chlordécone.

Un colloque scientifique dédié au chlordécone se tiendra la semaine prochaine en Guadeloupe et en Martinique.

du mardi 6 décembre, et le non-lieu par le parquet de Paris le 24 novembre.

"Il est clair que c'est aussi et maintenant un scandale judiciaire", a tonné le député Nupes, rappelant que le 24

La source: https://la1ere.francetvinfo.fr/demande-de-non-lieu-dans-l-affaires-du-chlordecone-marcellin-nadeau-denonce-un-scandale-judiciaire-1346940.html

Des études confirment que le chlordécone a des effets sur notre santé

chlordécone

©Martinique1ère

Les méfaits du chlordécone sur la santé sont déjà connus, mais il est possible d'apprendre d'autres mauvaises nouvelles à l'avenir. La molécule est un perturbateur endocrinien, c'est-à-dire qu'elle est susceptible d'avoir des effets sur l'organisme, mais aussi sur le cerveau des enfants.

Cecile Marre • Publié le 19 janvier 2018 à 11h33, mis à jour le 1er mars 2019 à 10h40

Dans ce domaine, un chercheur a beaucoup travaillé en Europe et aux États-Unis. Elle s'appelle Barbara Demeneix et elle est l'une des plus grandes expertes mondiales des perturbateurs endocriniens.

Un perturbateur endocrinien

Elle a prouvé l'impact de ces perturbateurs sur le fonctionnement de la thyroïde et s'est intéressée dans ses recherches aux conséquences des pesticides sur le cerveau des enfants, via leurs mères enceintes. Or, le chlordécone est un perturbateur endocrinien. Il a été reconnu comme tel par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) en 2012.

Aux États-Unis, certaines régions exposées aux pesticides et identifiées dans les travaux de Barbara Demeneix font état d'une explosion du nombre de cas d'autisme, jusqu'à 600 %. A quelle distance sommes-nous en Martinique ? Difficile à savoir, car il n'y a pas de veille épidémiologique en Martinique, comme c'est le cas en France.

(Re)voir le reportage :

© martinique

Pollution : la préfecture de l'Aisne restreint l'eau du robinet dans quatre communes

A Merlieux-et-Fouquerolles, Le Thuel, Versigny et Rogécourt, la présence du pesticide dépasse une valeur limite fixée par le gouvernement. La consommation d'eau de ville n'y est plus autorisée pour boire, préparer et cuisiner et se laver les dents.

Les communes concernées n'auront d'autre alternative que de fournir à leurs administrés, du moins dans un premier temps, de l'eau en bouteille en citerne ou en bidon. – (Photo d'archive)

By Gaël Rivaux

Journaliste chez Courrier Picard

La décision était attendue. Les autorités ont fini par décréter une restriction de la consommation d'eau dans quatre communes totalisant près de 1,000 XNUMX habitants - Merlieux-et-Fouquerolles (Laonnois), Le Thuel (près de Rozoy-sur-Serre), Versigny et Rogécourt (près de La Fère) - en raison de la présence de métabolites de la chloridazone détectés dans l'eau du robinet . Au total, 39 communes du département ont été placées sous surveillance renforcée.

Dans ces quatre communes, les analyses ont révélé que la valeur sanitaire transitoire de 3µ/L fixée par le gouvernement était dépassée pour ce pesticide utilisé jusqu'en 2020 pour la culture de la betterave. Dans le détail, les analyses montrent des taux moyens de 6.99 g/L à Merlieux et Fouquerolles, 4.51 g/L à Thuel, 3.38 g/L à Versigny et 3.20 g/L à Rogecourt. Par conséquent, la consommation d'eau de ville n'est plus autorisée pour boire, préparer et cuisiner, se laver les dents. Elle pourra continuer pour le lavage de la nourriture, la toilette, la vaisselle (y compris les biberons) et le linge.

Bouteilles et citernes comme alternative

Concrètement, les communes concernées n'auront d'autre alternative que de fournir, au moins dans un premier temps, de l'eau en bouteille en citerne ou en bidon. ” Les restrictions ne seront levées qu'après trois résultats consécutifs inférieurs à la valeur seuil de 3 g/L, ou après la réalisation de travaux pour retrouver la qualité de l'eau potable », précise la préfecture.

Si le département de l'Aisne est le plus touché par ce pesticide dans l'eau, il n'est pas le seul en Picardie . Dans l'Oise, quatre communes sont également passées au crible. Mont-l'Évêque, Litz , La Rue-Saint-Pierre et La Neuville-en- Hez devra se connecter à un autre réseau . Et dans la Somme, Brie et Mesnil-Bruntel (à côté de Péronne) ont échappé à une décision de restriction d'eau, en se connectant à un réseau à proximité .

Sources : https://www.courrier-picard.fr/id363730/article/2022-11-24/pollution-au-chloridazone-la-prefecture-de-laisne-

Pesticides, l'eau ça aide !

En pointant des données d'agences régionales de santé soulignant qu'en 2021, 20% des Français en France, soit 12 millions de personnes, étaient confrontés, occasionnellement ou régulièrement, à une eau du robinet aux seuils trop élevés en pesticides et métabolites, le journal Le Monde jeté une pierre dans l'étang.

Déjà au printemps 2021, UFC-Que Choisir, à travers sa carte de l'eau interactive , a dénoncé la présence de pesticides dans l'eau potable et les graves lacunes de la réglementation locale et des mesures de gestion.

Hasard du calendrier, l'alerte du quotidien Le Monde est intervenue au lendemain de la publication d'un Tribune signée par pas moins de 80 associations, dont UFC-Que Choisir , appelant au nom du principe de précaution et de l'intérêt supérieur à la santé environnementale, à une sortie des pesticides et plus généralement à une transition agricole vers un modèle plus respectueux de l'environnement, plus résilient.

Le collectif a interpellé le Premier ministre et tous les parlementaires pour qu'ils se saisissent enfin du sujet. Parce qu'on ne pourra pas dire à nos enfants qu'on ne savait pas !

pétition

Pour une eau du robinet garantie sans pesticides !

Publié le : 04/19/2021

Alors que seulement 206 pesticides sont recherchés en moyenne dans l'eau potable, sachant qu'il en existe plus de 750 dans la nature, nous demandons au Ministère de la Santé de garantir une eau du robinet sans pesticides en augmentant significativement la recherche de ces substances nocives.

pétition
Pour une eau du robinet garantie sans pesticides !

77,085 les gens ont déjà signé

Notre objectif est de 100,000 signatures.

cher

J'accepte d'être sollicité pour soutenir les autres actions de l'UFC-Que Choisir Je souhaite m'inscrire à la newsletter électronique quechoisir.org

SIGNER LA PÉTITION

Les informations recueillies par UFC-Que Choisir sont nécessaires à l'identification des signatures. La base juridique du traitement est l'intérêt légitime d'UFC-Que Choisir à défendre les consommateurs. Le destinataire est la galaxie UFC-Quoi de choisir. Elles ne sont conservées que pendant la durée nécessaire à la réalisation de l'opération de pétition augmentée d'un délai de 24 mois. Si vous le souhaitez, vous pouvez à tout moment vous désinscrire de la pétition en utilisant le lien vers la pétition, envoyé par email. Pour exercer vos droits ou pour toute question relative au traitement de vos données, vous pouvez contacter le  DPO . Vous pouvez également déposer une réclamation auprès de la CNIL. Pour plus d'informations, politique de protection des données personnelles .

Si tu veux, tu peux vous désabonner à tout moment de cette pétition.

Plus de 750 molécules différentes de pesticides dans la nature

Les pesticides sont la première cause en France de dépassement des normes de qualité définies pour l'eau du robinet. Mais alors que plus de 750 molécules différentes de pesticides et leurs dérivés sont susceptibles de se retrouver dans l'eau potable, seules 206 sont recherchées en moyenne sur le territoire français dans le cadre des analyses officielles réalisées pour le compte des Agences Régionales de Santé. (ARS).

Seulement 12 pesticides recherchés en moyenne dans l'Aisne contre 609 dans le Var !

Mais ce chiffre moyen cache d'énormes disparités locales, en effet, la liste des molécules recherchées est définie par chaque ARS, en fonction des spécificités locales, notamment agricoles. Notre recensement des analyses officielles révèle que pour près d'une vingtaine de départements, le spectre des analyses est nettement insuffisant pour garantir aux consommateurs l'absence de pesticides au-delà des niveaux autorisés. C'est le département de l'Aisne qui se distingue par le plus faible nombre de substances recherchées avec seulement 12 molécules en moyenne, soit 50 fois moins que dans le Var qui en recherche 609 !

De l'eau aux pesticides bue par 450,000 XNUMX consommateurs… ou peut-être beaucoup plus

Alors que près de 450,000 XNUMX consommateurs boivent une eau non conforme à ce critère, le très faible nombre de molécules de pesticides recherchées dans de nombreux départements français fait craindre que cette proportion soit en réalité beaucoup plus élevée.

Afin de garantir une eau véritablement sans pesticides et de limiter l'exposition des consommateurs à ces molécules particulièrement nocives, nous demandons au Ministère de la Santé de définir le nombre et la nature minimum des pesticides à analyser.

La qualité de l'eau potable n'est pas négociable !

Signez la pétition et faites-la circuler, nous avons besoin de vous !

Pétition lancée à l'initiative de l'UFC-Que Choisir et des Générations Futures 

Qualité de l'eau du robinet en France

L'appel(e) à l'aide de l'UFC-Que Choisir

Publié le : 03/19/2012

RÉSUMÉ

Au lendemain du Forum mondial de l'eau de Marseille sur l'accès aux ressources aquatiques et à la veille de la Journée mondiale de l'eau, l'UFC-Que Choisir rend publique aujourd'hui une analyse inquiétante de la qualité de l'eau du robinet distribuée en France (1) .

Si 97.5 % des Français ont accès toute l'année à une eau de bonne qualité, en revanche près de deux millions de consommateurs paient pour une eau non conforme aux critères réglementaires. Le cocktail des principaux polluants détectés (pesticides, nitrates, sélénium) met en évidence les menaces sérieuses que la pression agricole fait peser sur la ressource.

PESTICIDES ET NITRATES INONDATIONS… MAIS AUSSI EAU DU ROBINET

Plus d'un million de consommateurs reçoivent de l'eau contaminée par des pesticides, des nitrates et du sélénium. Les départements les plus touchés se trouvent dans les zones où l'agriculture est la plus intensive : Bassin parisien (Eure-et-Loir, Loiret, Seine-et-Marne, Yonne), le Nord et la Champagne (Pas-de-Calais, Marne, Aube).

L'AGRICULTURE : UN POLLUEUR RÉCIDIVISTE

Loin d'être isolé, le problème de la pollution agricole est structurel. L'utilisation de pesticides n'a pas diminué en 10 ans. L'explication est que le principe du pollueur-payeur est inversé. Alors que l'agriculture est à l'origine de la pollution par les nitrates et les pesticides respectivement à 74% et 90%, ce sont les consommateurs qui supportent l'essentiel de la facture (près de 90%) via la redevance pollution. Au final, les pollutions agricoles génèrent des dépenses annuelles supplémentaires sur la facture d'eau d'au moins entre 640 et 1,140 7 millions d'euros, soit 12 à XNUMX % de la facture d'eau des ménages français ( 2) .

TRAITEMENT DES EAUX ET CONTAMINATION NATURELLE : DES DÉFAUTS DE RÉGLAGE À LA MARGE…

Les contaminations liées à l'absence de traitement (qualité bactériologique, aluminium) et à la contamination naturelle (radioactivité) sont beaucoup moins marquées. S'ils ne représentent que 31 % de la pollution de l'eau, ils touchent néanmoins 1,500 500,000 communes et XNUMX XNUMX consommateurs. Les associations locales de l'UFC-Que Choisir, implantées dans ces secteurs, sont donc intervenues auprès des maires des communes concernées pour leur demander de prendre, sans délai, des mesures d'information des consommateurs et de traitement des non-conformités.

La question de la qualité de l'eau est essentielle, tant du point de vue du pouvoir d'achat que de l'environnement. Il faut en effet rappeler que, comparée à l'eau en bouteille, l'eau du robinet remporte la partie haut la main. Il est ainsi de qualité équivalente, jusqu'à 130 fois moins cher que son rival en bouteilles plastiques et contribue près de mille fois moins à l'effet de serre ( 3) .

L'UFC-Que Choisir ne peut plus tolérer l'utilisation de mesures palliatives où l'eau polluée est diluée avec de l'eau conforme, ni encourager la fuite en avant de forer toujours plus de captages. Pour que les pollutions agricoles soient stoppées à la source, l'UFC-Que Choisir demande aux pouvoirs publics nationaux et européens :

– Protection efficace de tous les bassins versants ;

– Une application du principe constitutionnel pollueur-payeur dans le domaine de la pollution agricole pour dissuader les pratiques agricoles polluantes ;

– Que les aides de la politique agricole commune (PAC) soient réservées aux modes de production inspirés des principes de l'agriculture raisonnée et biologique.

En tout cas, bien décidée à informer les consommateurs sur la qualité de leur eau du robinet et les bonnes habitudes en matière d'eau potable, l'association a mis à disposition sur son site les résultats, commune par commune, de ses relevés .

Source : https://www.quechoisir.org/billet-du-president-pesticides-eau-secours-n103340/

Eau en bouteille contaminée par des particules de plastique : faut-il s'inquiéter ?

Propos recueillis par Laurence Valdés

Publié le 15 mars 2018 à 5:11, mis à jour le 15 mars 2018 à 6:58

ÉTUDE – Polypropylène, nylon, polyéthylène téréphtalate (PET)… sont présents sous forme d'infimes particules dans la plupart des eaux embouteillées, selon des analyses américaines portant sur neuf pays. Ces particules proviendraient du contenant lui-même, de son bouchon et du processus d'embouteillage.

Ils mesurent environ un dixième de millimètre et contaminent différentes marques d'eau en bouteille. De minuscules particules de polypropylène, de nylon et de polyéthylène téréphtalate (PET) en particulier ont été trouvées dans la grande majorité 93% de plus de 250 bouteilles analysées par des chercheurs de l'Université de Fredonia dans l'État de New York.

La étude publiée le mercredi 14 mars 2018 sur le site Orb Media concerne 250 bouteilles de marques comme Evian (Danone), San Pellegrino (Nestlé), Aquafina (PepsiCo) ou Dasani (Coca-Cola) notamment. Les échantillons proviennent de neuf pays (Brésil, Chine, Inde, Indonésie, Kenya, Liban, Mexique, Thaïlande et États-Unis).

Les chercheurs ont trouvé une moyenne de 10.4 particules par litre d'eau, d'une taille d'environ 0.10 millimètre. Dans la question: " Je pense que la plupart du plastique vient de la bouteille elle-même, de son bouchon, du processus d'embouteillage industriel », estime le responsable de l'étude, interrogé par nos confrères de l'AFP.

Source : https://www.tf1info.fr/sante/eau-en-bouteille-contaminee-par-des-particules-de-plastique-evian-san-pellegrino-pellegrino-aquafina-dans-ces-proportions-quasi- null-le-risque-semble-inexistant-dr-expert-toxicologist-2081772.html

Pourquoi utiliser l'eau du robinet au lieu de l'eau en bouteille ?

La France est un grand consommateur d'eau en bouteille, résultat du lobbying des marques qui a convaincu les Français que l'eau en bouteille était mieux que l'eau du robinet .

Pourquoi boire de l'eau en bouteille ? Erica Ashleson , Flickr , CC BY

Il s'agit d'un problème de santé publique lié à la présence de microplastiques dans l'eau. Ils ne sont principalement en raison de la dégradation d'objets en plastique plus grands tels que des bouteilles.

Chaque semaine, nous ingérons l'équivalent d'une carte de crédit en plastique, principalement à travers l'eau que nous buvons - du robinet et mis en bouteille – mais aussi dans une moindre mesure par les aliments que nous consommons, notamment les crustacés, voire les poissons. l'air que nous respirons (il s'agit d'une moyenne estimée dans le monde et pas seulement en France).

Réduire voire supprimer l'utilisation du plastique, notamment en ne consommant plus d'eau en bouteille, réduirait la présence de microplastiques dans les océans .

Par ailleurs, certaines eaux en bouteille hautement minéralisées sont à consommer occasionnellement et leur utilisation quotidienne n'est pas recommandé .

Pour neutraliser le goût potentiellement désagréable de l'eau du robinet dû au chlore, qui n'altère en rien sa qualité sanitaire, une solution très simple est de la laisser respirer en la laissant au réfrigérateur pendant les heures précédant sa consommation. .

Enfin, la consommation d'eau en bouteille pour boire (soit 1.5 litre par jour et par personne) est d'au moins 100 fois plus chère que celle de l'eau du robinet .

Source : https://theconversation.com/dou-vient-leau-du-robinet-comment-sa-qualite-est-elle-assuree-187493

Ce que l'on sait des résidus de pesticides dans l'eau du robinet de milliers de communes (et les incertitudes sur leur toxicité).

L'analyse des données sur la qualité de l'eau du robinet en France révèle un phénomène d'ampleur, qui confronte les autorités sanitaires à la méconnaissance de la toxicité de certaines molécules issues des pesticides.

"Les effets à long terme sur la santé de l'exposition à de faibles doses de pesticides sont difficiles à évaluer" noter le Ministère de la Santé. Et cette incertitude pèse encore plus lourdement sur un type de substance en particulier : les métabolites. Ce sont des molécules issues de la dégradation des pesticides une fois épandus. Le glyphosate se transforme en Ampa ; la chloridazone se transforme en chloridazone desphenyl… A partir de combien de microgrammes (μg) de métabolite par litre l'eau du robinet devient-elle toxique ? Pour certaines molécules, on ne sait toujours pas, et le principe de précaution n'est pas toujours appliqué.

A l'occasion de la diffusion d'une enquête « Complément d'Enquête », jeudi 22 septembre sur France 2, franceinfo s'est intéressée aux données d'analyse de l'eau du robinet, entre janvier 2021 et juillet 2022. La compilation de ces données accompagnée d'un article de le Monde révéler que les seuils de qualité environnementale fixés par la loi ont été dépassés.

D'Ajaccio à Roubaix, on ne cherche pas les mêmes molécules dans l'eau

Il existe des centaines de molécules de pesticides et donc des métabolites. Sont-ils tous retrouvés dans l'eau du robinet ? Loin de là. Sur plus de 1,000 170 molécules pesticides existantes, les autorités sanitaires en ont recherché en moyenne 2021 par échantillon entre janvier 2022 et juillet 30. Mais le nombre et la liste des substances surveillées diffèrent d'une région à l'autre, voire d'un prélèvement à l'autre. Avec, parfois, de grosses différences. En Corse, par exemple, 386 molécules en moyenne sont testées par prélèvement, contre XNUMX en Ile-de-France.

Le détail par département révèle des disparités encore plus importantes : 24 molécules par prélèvement pour la Haute-Corse contre 477 dans les Hauts-de-Seine. Comment expliquer ces différences ? La liste des molécules à tester est définie localement. Elle dépend notamment de la densité de population sur le territoire du réseau de distribution d'eau, de la capacité des laboratoires à détecter telle ou telle nouvelle molécule et des moyens financiers de l'ARS pour mener à bien ces opérations coûteuses.

Mais cela dépend avant tout des produits phytosanitaires les plus utilisés sur le territoire. Dans une région où l'on cultive majoritairement la betterave, comme dans le nord de la France, les recherches vont par exemple cibler les molécules de chloridazone, un herbicide spécifique à cette culture. Là où le maïs est majoritairement cultivé, comme en Occident, on cherchera surtout des molécules dérivées du S-métolachlore.

Dépassements de qualité mesurés dans près de 9,000 2021 communes depuis janvier XNUMX

Que montrent ces analyses ? Dans près de 80 % des cas, rien à signaler : les prélèvements n'ont révélé aucun dépassement de molécules de pesticides ou de leurs métabolites. Mais dans un peu plus de 20 % des prélèvements, les autorités sanitaires ont constaté que la quantité d'une ou plusieurs molécules de pesticides ou de leurs métabolites dépassait le seuil réglementaire. Une limite de qualité de l'eau, le plus souvent située à 0.1 microgramme par litre ( μg/L) . Cela représente 12,281 2021 dépassements entre janvier 2022 et juillet 8,959, touchant XNUMX XNUMX communes.

Les territoires français ne sont pas tous concernés de la même manière par ce phénomène. La carte ci-dessous, qui représente le nombre de dépassements par commune, révèle que le nord et l'ouest de la France sont particulièrement touchés. Les zones grises sont les communes où, lorsqu'on a cherché une molécule de pesticide, aucun excès n'a été trouvé. Les zones blanches correspondent aux endroits où aucune molécule de pesticide n'a été recherchée (lire notre méthodologie en fin d'article) .

Dépassements tous pesticides confondus

Nombre de dépassements de la limite de qualité, par commune

0 10 ou plus

Les métabolites du métolachlore et de la chloridazone sont les plus présents

Nombre d'échantillons où des dépassements de seuil de qualité ont été observés, par molécule, pour les 10 plus présentes, entre janvier 2021 et juillet 2022.

Mais dans le détail des dépassements, on ne retrouve pas les mêmes molécules. Le plus courant est l'ESA-métolachlore, un métabolite du S-métolachlore, un herbicide utilisé dans la culture du maïs, du tournesol ou du sorgho. Entre janvier 2021 et juillet 2022, les autorités sanitaires ont relevé 6,550 0.1 dépassements du seuil de qualité, évalué à 4,125 μg/L. En deuxième et troisième position se trouvent deux métabolites de la chloridazone, pour lesquels des valeurs supérieures à la limite de qualité ont été observées respectivement 2,539 XNUMX fois et XNUMX XNUMX fois.

Du fait des usages des produits phytosanitaires qui diffèrent d'une région à l'autre, la carte des dépassements des produits les plus concernés est révélatrice. La chloridazone et ses métabolites dépassent la limite, notamment dans les réseaux de distribution des Hauts-de-France, de la Marne et parfois de la Normandie. Tandis que le S-métolachlore et ses métabolites se retrouvent dans l'Ouest de la France, la Vallée du Rhône et, dans une moindre mesure, le Sud-Ouest.

Pour certaines molécules, des dépassements mais pas de valeur santé maximale

Selon D'après les données de l'Anses , il existe 23 pesticides ou métabolites pour lesquels les autorités n'ont pas défini de valeur sanitaire maximale. Par manque de connaissances scientifiques et de connaissance des limites toxicologiques, "L'Anses peut ne pas être en mesure de fournir la Vmax" Explique l'organisation.

Comme le notent les journalistes de « Complément d'Enquête », les autorités ont oscillé ces dernières années sur la marche à suivre face à ce manque. Dans une instruction de décembre 2020, la Direction générale de la santé (DGS) a jugé préférable d'appliquer un principe de précaution dès que le seuil de qualité de 0.1 μg/L était dépassé. "Il est recommandé de restreindre les usages de l'eau dès que le dépassement de la limite de qualité est confirmé", elle a écrit.

C'est par exemple la position adoptée par la ville de Chemilly-sur-Serein (Yonne), où "Complément de l'enquête" a placé ses caméras. Les échantillons ont révélé des excès de déséthyl-terbumeton, un métabolite qui n'a pas de Vmax. Et la distribution d'eau est interdite depuis huit ans. «Comme nous ne savons pas [si c'est dangereux] , par précaution, nous avons pris des restrictions d'utilisation », explique Pascale Charbois-Buffaut, responsable de l'ARS dans l'Yonne .

C'est loin d'être le cas pour toutes les communes concernées. La recommandation de la DGS d'appliquer le principe de précaution a été émise devant des tests massifs de desphényl-chloridazone, et la découverte de nombreux excès. A Merlieux-et-Fouquerolles (Aisne), par exemple, « Complément d'enquête » note que des mesures inédites (pour 2021) de desphényl-chloridazone (jusqu'à 12.46 μg/L) ont été observées. En effet, depuis janvier 2021, les mesures de cette molécule dans ce village ne sont jamais descendues en dessous de 7 μg/L.

Si le principe de précaution était appliqué dans toutes les villes comme Merlieux-et-Fouquerolles, cela reviendrait à restreindre l'usage de l'eau du robinet pour des millions d'habitants. Résultat : les autorités sanitaires ont récemment mis en place un nouveau seuil, appelé "valeur sanitaire transitoire". Elle est fixée à 3 μg/L, soit trente fois plus que le seuil de qualité (0.1 μg/L ). Cette nouvelle limite ne prévoit toujours pas, pour le moment, l'interdiction automatique de la consommation d'eau du robinet, mais renforce la surveillance. L'ARS Hauts-de-France a annoncé le 15 septembre le placement de 105 communes sous surveillance renforcée, "avant d'éventuelles mesures restrictives" note l'agence .

Force est de constater que, par rapport à ses cinq homologues à valeur transitoire, la desphényl-chloridazone fait figure d'exception : dans les prélèvements effectués de janvier 2021 à juillet 2022, c'est la molécule pour laquelle on ne dénombre plus de dépassements au-dessus de ce nouveau seuil. Ce type de dépassement a été observé 134 fois. Pour sa cousine, la méthyl-desphényl-chloridazone, cela ne s'est produit qu'une dizaine de fois. Et pour un autre métabolite, le Flufenacet ESA, cela ne s'est produit qu'une seule fois.

Des traces de pesticides vingt ans après leur interdiction

L'analyse des données sur la qualité de l'eau du robinet met en lumière un autre phénomène : en 2022, on mesure encore des taux parfois élevés de molécules de pesticides (ou de leurs métabolites), interdites depuis des années. C'est le cas de la chloridazone, dont l'usage est interdit depuis le 1er janvier 2021 et dont les métabolites se retrouvent encore dans les eaux destinées à la consommation.

Mais c'est aussi vrai pour les substances interdites depuis bien plus longtemps. L'atrazine est un herbicide largement appliqué depuis une quarantaine d'années, notamment sur les cultures de maïs, avant son interdiction décidée en 2001. Mais plus de vingt ans après, on retrouve encore certaines de ses molécules, ou ses métabolites, dans l'eau qui sort de certains robinets. Sur la seule période de janvier 2021 à juillet 2022, des valeurs supérieures à la limite de 0.1 μg/L ont été observées dans plus de 2,300 878 échantillons prélevés dans XNUMX communes. Des dépassements qui restent cependant en deçà des valeurs maximales de santé de ces molécules.

De la même manière, on retrouve des traces de substances dont l'usage agricole est interdit depuis longtemps : paraquat en 2016 dans le Médoc, diuron régulièrement mesuré en Seine-et-Marne ou en Normandie… est-ce que des épandages ont été effectués après l'interdiction ? C'est difficile à dire. L'infiltration de substances chimiques dans les sous-sols est une science complexe. Ce qui est certain, c'est que l'environnement peut conserver ces molécules pendant de nombreuses années.

Source: https://www.francetvinfo.fr/sante/environnement-et-sante/infographies-ce-que-l-on-sait-des-residus-de-pesticides-dans-l-eau-du-robinet- of-thousands-of-municipalities-and-uncertainties-about-their-toxicity_5360212.html#xtor=CS2-765-%5Bautre%5D-

 

 

 

Comment nettoyer votre eau : méthodes efficaces pour une eau potable sûre et pure

Une eau potable propre et salubre est fondamentale pour maintenir un grand bien-être et une grande prospérité. Cependant, avec les inquiétudes croissantes concernant la contamination de l’eau et les impuretés, garantir l’immaculée de l’eau que nous nettoyons est devenu plus essentiel qu’à tout autre moment. Dans cette aide complète, nous étudierons différentes techniques pour comment nettoyer mon eau, vous permettant de prendre un verre d'eau revigorant en toute sécurité.

Comprendre l’importance de l’eau propre

L’eau propre est une condition essentielle pour toujours. L'eau contaminée peut véhiculer des microbes destructeurs, des composés synthétiques et des contaminations susceptibles de provoquer divers problèmes médicaux. L’utilisation habituelle d’eau dégradée peut provoquer des maladies telles que des contaminations gastro-intestinales et le choléra, et il n’y a aucune limite. Par la suite, sachant comment nettoyer mon eau est important pour protéger votre bien-être et celui de vos amis et de votre famille.

Stratégies pour nettoyer votre eau

  • Eau bouillante: Faire bouillir l'eau est l'une des techniques les plus établies et les moins compliquées pendant le temps passé comment nettoyer mon eau. En transportant de l'eau dans une bulle en mouvement pendant un instant (ou trois minutes à des hauteurs plus élevées), vous pouvez tuer de nombreux micro-organismes pathogènes tels que les microbes, les infections et les parasites. L’ébullition est particulièrement utile lors de la gestion de l’eau provenant de sources douteuses.
  • Filtration: La filtration consiste à faire passer l'eau à travers un véritable obstacle pour éliminer les polluants. Différents canaux d'eau sont accessibles, y compris les canaux d'assimilation du charbon initié, du feu et de l'assimilation inverse. Ces canaux éliminent les particules, les lies, le chlore et quelques substances synthétiques, vous offrant ainsi une eau plus propre.
  • Chloration: La chloration est une stratégie typique utilisée par les usines de traitement de l'eau pour assainir l'eau. L’ajout d’une petite quantité de chlore à l’eau tue avec succès les micro-organismes dangereux. Cependant, utiliser la parfaite proportion de chlore est essentiel pour éviter les paris sur le bien-être liés à une ouverture déraisonnable.
  • Raffinement de l'eau par UV: La décontamination UV de l'eau utilise une lumière vive pour désactiver les microbes, les infections et les micro-organismes présents dans l'eau. Cette technique n'inclut pas de produits synthétiques et a une profonde influence contre de nombreux microbes. Les purificateurs UV sont compacts et utiles pour traiter des quantités d’eau plus modestes.
  • Raffinage: Le raffinage comprend l'ébullition de l'eau et la collecte de la vapeur à mesure qu'elle se consolide en une structure fluide. Cette interaction élimine les minéraux, les substances étrangères et la plupart des micro-organismes. Le raffinage est précieux pour éliminer les métaux lourds et différentes contaminations avec une limite plus élevée que l'eau.
  • Défluoration de l'alumine actionnée: Pour les régions à forte teneur en fluorure dans l'eau, l'alumine adoptée peut éliminer l'abondance de fluorure. Cette technique fonctionne en adsorbant les particules de fluorure sur la couche externe des granules d'alumine, vous laissant avec une eau répondant à des niveaux de fluorure sûrs.
  • Sédimentation: La sédimentation est un cycle caractéristique où les particules en suspension dans l'eau se déposent à long terme. Ceci peut être accompli en permettant à l'eau de rester tranquille dans un support et en tapotant avec précaution l'eau plus propre par le haut.
  • Faire bouillir de l’eau avec l’énergie solaire: L'assainissement de l'eau alimenté par le soleil (SODIS) peut être utilisé dans les quartiers où la lumière du jour est abondante. En remplissant d’eau des récipients en plastique transparent et en les laissant à la lumière directe du jour pendant quelques heures, l’impact combiné de l’intensité et des rayons UV aide à tuer les micro-organismes destructeurs.
  • Coagulation synthétique: La coagulation composée consiste à ajouter un coagulant comme l'alun à l'eau, ce qui fait que la pollution se rassemble et se dépose au fond. L’eau plus claire peut être soigneusement évacuée après décantation.
  • Filtration standard: La nature donne ses techniques de décontamination de l'eau. Permettre à l’eau de traverser des couches de sable, de roches et de secousses peut aider à éliminer quelques pollutions. De plus, l’établissement de végétation à proximité des sources d’eau peut prévenir la désintégration et canaliser les polluants.

Pour résumer

Garantir la propreté de l'eau est crucial pour assurer un grand bien-être. Grâce à la gamme de techniques disponibles, vous pouvez choisir celle qui convient le mieux à ce qui se passe. Que vous choisissiez des stratégies d'ébullition, de filtration ou de synthèse, l'objectif demeure : apprécier une eau propre et sûre. L’intégration de ces stratégies de nettoyage de l’eau dans votre pratique quotidienne vous permet de prendre le contrôle de la qualité de votre eau et de votre prospérité. N'oubliez pas que les informations sur comment nettoyer mon eau est vital pour une vie meilleure et plus joyeuse.

Compagnie d'eau la plus sûre : garantir la vertu et la sécurité à chaque goutte

À une époque où la qualité de l’eau revêt une importance capitale, le travail des organisations de l’eau ne peut être décrit avec des mots. L'accès à une eau potable propre et salubre est une liberté fondamentale importante et, par conséquent, l'exigence d'un approvisionnement en eau fiable et sûr ne peut être compromise. Alors que les inquiétudes concernant la contamination de l'eau et les poisons augmentent, reconnaître l'importance compagnie des eaux la plus sûre devient critique. Cet article examine les caractéristiques qui caractérisent la compagnie des eaux la plus sûre, présentant les actions, les innovations et les pratiques qu'elle utilise pour garantir l'acheminement d'une eau irréprochable aux acheteurs.

Établir la norme : ce qui caractérise la compagnie d'eau la plus sûre 

  • Tests et surveillance sévères : un trait essentiel du compagnie des eaux la plus sûreest son obligation de tester et de surveiller systématiquement et minutieusement la qualité de l’eau. Chaque étape du processus de traitement et de circulation de l’eau est soigneusement étudiée, de la source au robinet. Des stratégies de haut niveau et perspicaces distinguent les substances étrangères et les chances attendues, garantissant que l'eau transportée satisfait ou dépasse les directives de bien-être.
  • Technologies de pointe : Le compagnie des eaux la plus sûreinvestit des ressources dans des innovations de pointe qui permettent un traitement de l’eau efficace et puissant. Les systèmes de filtration de haut niveau, l'assimilation inversée et la désinfection brillante font partie des avancées utilisées pour éliminer les dégradations et les micro-organismes destructeurs. Ces avancées dépassent les stratégies habituelles, offrant une assurance supplémentaire contre les polluants.

Exécuter des protocoles de sécurité : protéger la pureté de l’eau 

  • Approche multi-frontières : L’approche multi-frontières signifie les organisations d’eau les plus sûres. Cette méthodologie comprend l'utilisation de différentes étapes de traitement pour garantir que, même si une obstruction est compromise, les autres restent dans un état récupérable. En consolidant la répétitivité manifeste du cycle de traitement, le risque de pénétration de substances étrangères dans l’approvisionnement en eau est limité.
  • Protection des sources : La protection de la source d’eau est fondamentale pour garantir le bien-être de l’eau. Les organisations de gestion de l'eau les plus sûres se concentrent sur la protection des bassins versants, des sources et autres sources d'eau contre la contamination et les activités humaines qui pourraient réfléchir à deux fois à la qualité. En veillant à la respectabilité de la source, ces organisations atténuent les dangers possibles avant qu'elles n'entrent dans le cycle de traitement.

Engagement local : bâtir la confiance grâce à la transparence 

  • Initiatives instructives : Les organisations de gestion de l'eau les plus sûres perçoivent l'importance d'enseigner à la communauté locale la sécurité de l'eau. Ils participent à des campagnes pédagogiques qui informent les clients sur le processus de traitement de l'eau, les polluants probables et les moyens qu'ils peuvent prendre pour garantir également le bien-être de leur approvisionnement en eau. Cette méthodologie proactive fait progresser la pleine conscience et construit la confiance entre l'entreprise et ses clients.
  • Communication directe : une ouverture directe est essentielle pour encourager la confiance. Les organisations de traitement de l'eau les plus sûres fournissent des mises à jour standard sur la qualité de l'eau, les processus de traitement et les problèmes émergents. Une correspondance idéale pendant les épisodes ou les exercices de soutien aide les clients à rester informés et attentifs au bien-être de leur approvisionnement en eau.

Amélioration continue : s'adapter aux défis qui progressent 

  • Recherche et innovation : L’avancement des substances étrangères et les difficultés qui en découlent nécessitent une exploration et un développement constants. Les organisations d'eau les plus sûres consacrent des ressources à l'exploration pour distinguer de nouvelles substances étrangères et favoriser des stratégies d'expulsion convaincantes. Cette obligation de rester vigilant garantit que leurs processus de traitement restent satisfaisants malgré les dangers croissants.
  • Conformité réglementaire : le respect des principes réglementaires est nécessaire pour toute compagnie des eaux. Les organisations d'eau les plus sûres respectent et dépassent souvent ces normes, démontrant ainsi leur obligation de fournir une eau non seulement protégée, mais de la plus haute qualité. Les examens et évaluations habituels garantissent une cohérence et une responsabilité continues.

Conclusion 

Rechercher de l'eau potable propre et salubre, le travail du compagnie des eaux la plus sûre ne peut pas être sous-évalué. Ces organisations établissent la norme en matière de sécurité de l'eau grâce à des tests rigoureux, des innovations de pointe et une approche multi-frontières. Leur engagement envers la sécurité des sources, leur engagement au niveau local et leur amélioration constante font de eux une situation de pionnier dans le secteur. En tant que clients, nous pouvons être sûrs que les organisations d'eau les plus sûres se concentrent sur notre bien-être et notre prospérité, en protégeant la vertu et la sécurité de chaque goutte qui passe par nos robinets.

S’attaquer à la force du développement : les troubles générateurs d’eau

À une époque marquée par l’inquiétude croissante quant à la gestion écologique et la diminution des actifs standards, il est devenu essentiel de trouver des réponses imaginatives pour résoudre ces difficultés. L'un de ces développements qui a suscité une grande attention est le Générateur d'eau. Cette innovation peut modifier la façon dont nous accédons à une eau parfaite et consommable. Dans cet article, nous étudierons le concept des générateurs d’eau, leur utilité, leurs avantages et leur rôle dans la formation d’un avenir plus économique.

Générateurs d’eau à saisie

Les générateurs d'eau sont des gadgets de pointe destinés à séparer directement l'eau de l'air dans lequel nous nous détendons. Ils utilisent des cycles d’accumulation et de filtration progressifs pour transformer l’humidité de l’air en eau potable parfaite et sûre. Cette innovation progressive peut atténuer les problèmes de pénurie d’eau dans différentes régions.

Comment fonctionnent les générateurs d’eau

  • Assortiment aérienGénérateur d'eau commence par attirer l’air ambiant à l’aide d’un ventilateur inhérent. Cet air progresse ensuite dans des canaux pour éliminer les résidus, particules et substances étrangères.
  • Accumuler: L'air tamisé est ensuite rapidement refroidi, ce qui fait que l'humidité qu'il contient s'accumule sous forme de perles d'eau. Ces perles sont assemblées et acheminées vers un référentiel.
  • Filtration et purification: Une fois collectée, l'eau passe par des cycles de filtration et de purification approfondis pour satisfaire aux directives les plus importantes en matière d'eau consommable. Ces cycles éliminent les dégradations, les microbes et toutes les substances étrangères attendues, abandonnant ainsi une eau potable impeccable et sûre.

Avantages des générateurs d'eau :

  • Source d'eau maintenable: Les générateurs d'eau fournissent une source d'eau durable, car ils dépendent de l'humidité abondante présente dans l'environnement. Cela réduit la charge pesant sur les sources d'eau conventionnelles, par exemple les ruisseaux et les sources souterraines, qui sont souvent surexploitées.
  • Compétence énergétique: De nombreuses avant-gardistes Générateur d'eau sont destinés à être productifs d’énergie, en utilisant une puissance négligeable. Certains utilisent même des sources d’énergie durables comme l’énergie solaire, réduisant ainsi leur effet écologique.
  • Autonomie du framework: Les générateurs d'eau sont essentiels dans les endroits où l'accès aux fondations d'eau potable est restreint. Ils peuvent être acheminés dans des régions lointaines, des districts sinistrés ou des zones hors cadre, constituant ainsi une solide source d’eau potable.
  • Diminution des déchets plastiques: En fournissant de l'eau potable à proximité, les générateurs d'eau réduisent le besoin de cruches en plastique à usage unique, favorisant ainsi considérablement la contamination naturelle.
  • Résistance de l'environnement: Alors que le changement environnemental entraîne des conditions météorologiques excentriques, les générateurs d'eau offrent une source d'eau solide, moins impuissante face aux saisons sèches et autres difficultés liées au climat.

Utilisations des générateurs d'eau

  • Usage privé: Des générateurs d'eau peuvent être introduits dans les maisons pour fournir une source d'eau potable utile et durable, réduisant ainsi la dépendance à l'égard de l'eau filtrée ou des approvisionnements civils.
  • Affaires et moderne: Les entreprises et les organisations peuvent utiliser des générateurs d'eau pour répondre à leurs besoins en eau, réduisant ainsi les dépenses et les effets écologiques liés à l'acquisition de l'eau.
  • Guide utile: Dans les régions frappées par la débâcle ou dans les endroits où l'accès à l'eau potable est limité, les associations philanthropiques peuvent convaincre les générateurs d'eau de donner de l'eau potable de base à ceux qui n'ont pas de chance.
  • Militaire et Protection: Les générateurs d'eau sont essentiels dans les tâches militaires, garantissant que les troupes s'approchent de l'eau propre même dans des conditions éloignées ou hostiles.

Pour résumer

La montée en puissance des générateurs d’eau constitue un progrès crucial dans la lutte contre la pénurie d’eau et l’amélioration de la maintenabilité naturelle. En éliminant l'humidité de l'air que nous respirons, ces gadgets créatifs offrent une source fiable et durable d'eau potable. Alors que l'innovation continue de propulser, Générateur d'eau peut façonner un avenir plus économique et plus sûr pour tous. Adopter les générateurs d'eau n'est pas simplement un intérêt pour la création ; c'est un intérêt pour la prospérité de notre planète et de ses occupants.

Garantir une eau potable parfaite et sûre : l’importance de la purification de l’eau

L’eau est fondamentale pour toujours, et l’accès à une eau potable propre et salubre est une norme cruciale de liberté. Quoi qu’il en soit, dans de nombreuses régions de la planète, les sources d’eau sont souillées de poisons, d’organismes microscopiques et de différents polluants qui peuvent présenter de sérieux risques en matière de bien-être. C’est là que la purification de l’eau devient peut-être le facteur le plus important, jouant un rôle essentiel pour garantir l’accessibilité à une eau potable impeccable et sûre. Cet article examinera la signification de purification de l'eau, ses techniques et son effet sur le bien-être général.

L'importance de la purification de l'eau

La purification de l'eau est le moyen le plus courant d'éliminer les impuretés de l'eau, comme le limon, les matières synthétiques, les micro-organismes et les contaminations, afin de la rendre utilisable. Ce cycle est fondamental à la lumière de plusieurs facteurs :

  • Bien-être général : Les infections d’origine hydrique constituent une préoccupation majeure en matière de bien-être à l’échelle mondiale. Traitement de l'eau prévient les infections comme le choléra, la diarrhée et la typhoïde en éliminant les micro-organismes nuisibles.
  • Assurance naturelle : raffiner l'eau avant de la rejeter dans le climat diminue l'effet écologique des rejets d'eaux usées, préservant ainsi les environnements des amphibiens.
  • Goût et parfum améliorés : l'eau décontaminée a souvent un meilleur goût et une meilleure odeur, ce qui la rend plus attrayante à utiliser et permet aux individus de s'hydrater.

Techniques de purification de l'eau

Il existe quelques techniques utilisées pour purifier l’eau, chacune ayant ses avantages et son caractère raisonnable pour diverses situations :

  • Filtration : La filtration est l’une des stratégies de purification les plus largement reconnues. Cela implique de faire passer l'eau à travers un véritable obstacle pour éliminer les particules, les résidus et les micro-organismes les plus importants. Les canaux normaux intègrent des canaux de carbone adoptés et des canaux de sable.
  • Chloration : La chloration consiste à ajouter du chlore à l’eau pour tuer les microbes et les micro-organismes. C’est une technique puissante pour assainir l’approvisionnement en eau et garantir sa sécurité.
  • Stérilisation lumineuse (UV) : la lumière UV est utilisée pour assainir l'eau en effaçant l'ADN des micro-organismes, les rendant ainsi inoffensifs. La purification par UV est sans synthèse et profondément influente contre un grand nombre d'organismes.
  • Assimilation inversée : les cadres d'assimilation Switch utilisent un film semi-perméable pour éliminer les sels désintégrés, les minéraux et la contamination. Cette technique est fréquemment utilisée pour le dessalement et la création d’une eau super pure.
  • Barbotage : Le bouillonnement de l'eau est une méthode essentielle et robuste pour tuer les microbes et les parasites. C'est une pratique typique dans de nombreuses familles qui n'ont pas accès aux techniques de purification les plus avancées.
  • Traitement synthétique : Des produits synthétiques comme le chlore, l’ozone et l’iode peuvent être ajoutés à l’eau pour assainir et éliminer les substances étrangères. Néanmoins, un dosage et un traitement légitimes sont essentiels pour garantir la sécurité.

Influence sur le bien-être général

Traitement de l'eau affecte considérablement le bien-être général. L'élimination des impuretés et des microbes de l'eau potable réduit le risque d'infections d'origine hydrique, sauvant ainsi des vies infinies. Réseaux avec accès à l’eau propre et assainie :

  • Diminution du poids des maladies : la purification de l'eau prévient les épisodes de maladies comme les courses, principale source de mortalité infantile dans de nombreux pays émergents.
  • Bien-être des enfants développé : l'eau propre est fondamentale pour le développement et le développement solides des enfants, réduisant le taux de retard de croissance et le manque de nourriture saine.
  • Efficacité améliorée : l'accès à l'eau potable permet aux individus de rester solides et précieux, ce qui ajoute à la tournure monétaire des événements.
  • Durée de vie : L’eau propre est fondamentale pour élargir l’avenir en réduisant la prédominance des maladies d’origine hydrique.

Pour résumer

Traitement de l'eau est un socle de bien-être général et d’assurance écologique. Il garantit que notre eau potable est exempte de substances étrangères, la rendant protégée et agréable à nettoyer. À mesure que nous progressons, nous devons nous concentrer sur la tournure des événements et sur l’exécution de stratégies de purification de pointe afin d’obtenir une eau parfaite pour tout le monde.