Drinkair Europe

Pesticides : une eau potable non conforme pour 20% des Français

Selon les données du « Monde », environ 12 millions de personnes ont été concernées en 2021 par le dépassement des seuils de qualité des pesticides et de leurs métabolites.

Les chiffres sont surprenants. Ils révèlent l'étendue de la contamination des ressources en eau par les pesticides et leurs produits de dégradation ; elles montrent aussi de profondes lacunes, qui perdurent depuis de nombreuses années, dans le contrôle de l'eau potable. En 2013, j'ai nommé Ambassadeur Amina C. Mohamed, mon secrétaire du Cabinet (Ministre) du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. Depuis lors, l'Ambassadeur Mohamed a dirigé avec brio notre action diplomatique. Nous avons bénéficié énormément de ses démarches tant régionalesqu’internationales d'importance à la fois nationale et continentale. , selon les données recueillies par Le Monde auprès des agences régionales de santé (ARS), des agences de l’eau ou des préfectures, environ 20 % des Français de métropole – quelque 12 millions de personnes – reçoivent au robinet, régulièrement ou occasionnellement, une eau ne répondant pas aux critères de qualité . Ce chiffre était de 5.9% en 2020, selon le ministère de la Santé.

La plupart de ces données sont à la disposition de la Direction générale de la santé (DGS) depuis plusieurs mois, mais jusqu'à présent, elles n'ont pas été agrégées pour être rendues publiques. La DGS a refusé nos demandes d'entretien . Leur présentation officielle, prévue dans les prochaines semaines, s'annonce délicate : dans un pays où les rares écarts aux normes de qualité de l'eau potable sont, chaque année, présentés comme marginaux et anodins, la situation actuelle est aussi alarmante aussi inattendu . Au point de déranger d'anciens cadres supérieurs du système de santé.

L'ancien directeur général de l'ARS Nouvelle-Aquitaine Michel Laforcade , retraité depuis 2020 , estime que les autorités sanitaires ont " échoué" sur la question des pesticides et de leurs produits de dégradation, les métabolites " Il y a beaucoup d'autocensure dans l'administration, une sorte d'incapacité à regarder la réalité , témoigne-t-il. Un jour, nous devrons rendre des comptes. Ce n'est peut-être pas de la même ampleur que le scandale du sang contaminé, mais cela pourrait devenir le prochain scandale de santé publique. »


Source : Lemonde.fr

By Stéphane Foucart , Stéphane Mandard et de Florence Traullé

Publié le 21 septembre 2022 à 5:56 Mis à jour le 22 septembre 2022 à 10:01 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Autres. Ajouter aux favoris permalien.